Informez vos proches,
PARTAGER C’EST PROTÉGER !

La Leptospirose

Une maladie infectieuse sous estimée et potentiellement grave

Qu’est-ce que la Leptospirose ?

La leptospirose est une infection bactérienne appelée zoonose car elle est transmise de l’animal à l’homme.
Les mammifères et en particulier les rongeurs dont les rats peuvent être porteurs de cette maladie, elle est ainsi également nommée la « maladie des rats ».
Vous avez peut-être récemment entendu parler de cette infection dans la presse suite à la prolifération des rongeurs dans certaines zones.

La leptospirose, un enjeu de santé publique émergent(1)

Dans le monde, plus d’1 million de cas sévères de leptospirose humaine sont estimés chaque année, dont 60 000 décès. En Europe, cette zoonose est émergente et la France est un des pays industrialisés qui a l’incidence la plus élevée (1 cas / 100 000 habitants). Ces chiffres seraient sous-estimés, entre autres à cause de :

  • la déclaration non-obligatoire de cette maladie dans certains pays dont la France
  • son diagnostic souvent complexe et tardif.

leptospirose zoom

LA LEPTOSPIROSE,
UNE MALADIE MÉCONNUE MAIS EN FORTE RECRUDESCENCE

Dr. PICARDEAU
Responsable du Centre National de Référence de la Leptospirose à l’Institut Pasteur.

La leptospirose, une infection pas seulement tropicale(1)

Dans les départements et collectivités d’outre-mer, une moyenne de 700 cas de leptospirose par an est observée. Pendant les années 2014-2016, les cas de leptospirose en France métropolitaine ont doublé par rapport aux années précédentes, passant de 300 à environ 600 cas recensés par an, soit plus d’un cas par jour, la plus forte incidence depuis 1920. Cette augmentation du nombre de leptospirose serait liée au réchauffement climatique mais aussi aux effets de l’urbanisation grandissante par l’intermédiaire des rats.

Une maladie infectieuse potentiellement grave

La leptospirose est une maladie infectieuse potentiellement grave parfois mortelle due à une bactérie de la famille des Spirochètes (Leptospira, Treponema, maladie de Lyme et Syphilis) : le leptospire. L’espèce Leptospira interrogans est à l’origine des formes pathogènes où il existe plus de 250 sérovars répartis en 24 sérogroupes.(2)

ICTEROHAEMORRHAGIAE, LE SÉROGROUPE LE PLUS SÉVÈRE

Dr Jean-Michel ESTAVOYER
Ancien Chef du Service des Maladies Infectieuses, CHU de Besançon

En France métropolitaine, le sérogroupe Icterohaemorrhagiae est le plus fréquemment incriminé chez l’Homme dans les formes les plus graves(1) :

  • La forme Icterohaemorrhagiae est impliquée dans 1/3(1,3) des leptospiroses recensées
  • Ce sérogroupe est identifié dans 2/3 des cas graves à l’hôpital en France métropolitaine(4), mais aussi dans d’autres régions du monde comme la Nouvelle- Calédonie(5), et jusqu’à 91% des cas graves à l’hôpital dans les Antilles.(6,7)

Dans les départements et collectivités d’outre-mer, le sérogroupe Icterohaemorrhagiae est dominant dans les Antilles (Guadeloupe et Martinique), en Guyane Française, à l’Île de la Réunion, en Polynésie Française et Nouvelle-Calédonie, à la seule exception de Mayotte où ce sérogroupe n’est pas présent.(1)
Dans le monde, le sérogroupe Icterohaemorrhagiae est le plus mortel, avec un taux de mortalité de 13,6% pour les cas non soignés.(8)

(1) Filleul L. et al. ; Santé Publique France – La leptospirose dans les régions et départements français d’outre-mer ; Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire ; 4 avril 2017 ; numéro 8-9
(2) Adler B. (Ed) Leptospira and Leptospirosis, Current Topics in Microbiology and Immunology  Sringer-Verlag Berlin Heidelberg 2015; 387: 1-293. DOI 10.1007/978-3-662-45059-8
(3)  Picardeau M., Rapport annuel d’activité du CNRL 2016.
(4) Estavoyer JM, « Leptospirose en Franche-Comté : données cliniques, biologiques et thérapeutiques. Médecine et maladies infectieuses » ; Septembre 2013: pages 379-385
(5) Tubiana S., «Risk Factors and Predictors of Severe Leptospirosis in New Caledonia» PLoS Negl Trop Dis. 2013 Jan; 7(1): e1991.
(6) Hochedez P., «Factors Associated with Severe Leptospirosis», Martinique 2010–2013», Emerg Infect Dis. 2015 Dec; 21(12): 2221–2224.
(7) Herrmann-Storck C. ar al. Severe Leptospirosis in Hospitalized Patients, Guadeloupe. Emerging Infectious Diseases 2010; 16(2): 331-334. doi: 10,3201/eid1602,030139
(8) Andrew J. Taylor. «A Systematic Review of the Mortality from Untreated Leptospirosis. PLoS Negl Trop Dis.» ; Juin2015