Informez vos proches,
PARTAGER C’EST PROTÉGER !

La Leptospirose

Une maladie infectieuse sous estimée et potentiellement grave

Étiquette : leptospirose humaine

Malgré le reconfinement, IMAXIO continue ses actions de prévention contre la leptospirose

Pour répondre aux contraintes sanitaires liées à la deuxième vague de la COVID 19, les équipes d’IMAXIO se mobilisent sur le terrain et en télétravail pour poursuivre la sensibilisation des professionnels exposés à la leptospirose dans le strict respect des consignes de sécurité :

  • Nos Chargés de Prévention poursuivent leur mission d’information pour répondre à toutes vos questions sur la leptospirose, les activités à risques et les moyens de prévention dont la vaccination, recommandée dans des situations particulières : Contactez nos Chargés de Prévention pour réserver votre réunion d’information
  • Pour toutes vos questions médicales ou spécifiques à la vaccination contre la leptospirose, nos Pharmaciens sont à votre disposition : Contactez-nous
  • Accédez à nos ressources sur la leptospirose et aux réponses aux questions les plus fréquentes : ici

« Prévenir est notre métier. Protéger est notre devoir », IMAXIO

Suivez IMAXIO et partagez nos actualités : www.imaxio.fr

JO 2024 : la leptospirose, un risque pour les employés chargés d’assainir la Seine

La «maladie du rat» inquiète les autorités en vue des JO de Paris 2024 qui accueilleront les épreuves de nage libre et de triathlon dans la Seine. Pour cela, un vaste plan de nettoyage de la Seine a été mis en place pour sécuriser la santé des athlètes. Les employés chargés de mettre en œuvre ces mesures sont confrontés à un risque élevé de contamination à la leptospirose, parfois mortelle. En effet, les bactéries responsables de cette maladie, transmise par l’urine des rongeurs, peuvent survivre dans l’eau et les milieux souillées pendant plusieurs mois même à 4°C.

La prévention, le port des équipements de protection individuelle et le respect des règles d’hygiène sont les meilleurs moyens pour protéger ces employés. Néanmoins, la vaccination contre la leptospirose est recommandée par la Haute Autorité de Santé pour les travailleurs de l’assainissement particulièrement exposés. Elle peut être proposée au cas par cas par le médecin du travail.

« Prévenir est notre métier. Protéger est notre devoir », IMAXIO

Suivez IMAXIO et partagez nos actualités : www.imaxio.fr

La chasse a repris mais la leptospirose ne s’est pas arrêtée

Comme tous les ans, le mois de septembre signe le début de la saison de chasse. Les chasseurs et en particuliers les piégeurs font partie des personnes à risque élevé de leptospirose de par leur exposition avec des animaux sauvages. Qu’ils soient morts ou vivants, les animaux peuvent être excréteurs de leptospires. Ces petites bactéries se logent dans les reins des animaux contaminés et sont disséminées dans l’environnement par les urines. Les principaux vecteurs de cette maladie sont les rongeurs (ragondins et rats) mais tout mammifère peut être porteur.

  • Prenez garde lors de vos relevés de pièges, lors de vos sorties en forêts, lors du dépeçage et de l’éviscération des animaux morts.
  • En cas de syndrome grippal, consultez rapidement votre médecin en lui rappelant votre pratique d’une activité à risque.

La vaccination est recommandée dans ces activités à risque aux personnes particulièrement exposées sur recommandation du médecin.

« Prévenir est notre métier. Protéger est notre devoir », IMAXIO

Suivez IMAXIO et partagez nos actualités : www.imaxio.fr

IMAXIO de nouveau sur le terrain contre la leptospirose

Les équipes IMAXIO se mobilisent sur le terrain et en télétravail pour informer et sensibiliser les professionnels exposés à la leptospirose dans le strict respect des consignes de sécurité :

« Prévenir est notre métier. Protéger est notre devoir », IMAXIO

Suivez IMAXIO et partagez nos actualités : www.imaxio.fr

Le triathlon : focus sur un sport à risque

Le triathlon est un sport qui allie la course à pieds, la natation et le cyclisme. Ce sport de plus en plus populaire auprès des Français présente des risques de contamination par la leptospirose, une zoonose véhiculée par des rongeurs (rats, ragondins…) en eaux douces. En 2018 un triathlète de Libourne décède de cette maladie lors d’un de ses entraînements dans un lac.

Adeptes d’activités en eau douce et futurs pratiquants des disciplines associées (swimrun, triathlon…) prenez quelques précautions pour vous prémunir de la leptospirose :

  • Désinfectez et protégez vos plaies avec un pansement résistant à l’eau
  • Évitez de vous baigner après de fortes pluies et dans les zones visitées par des rongeurs
  • Évitez le contact des mains souillées avec les yeux, la bouche et le nez

En cas de syndrome grippal, consultez rapidement votre médecin en lui rappelant votre pratique d’une activité à risque. En cas de pratique régulière et durable du triathlon, la vaccination contre la leptospirose est recommandée.

« Prévenir est notre métier. Protéger est notre devoir », IMAXIO

Suivez IMAXIO et partagez nos actualités : www.imaxio.fr

Regards sur la Leptospirose n°19

Les métiers de l’eau et de l’assainissement : risques d’exposition à la leptospirose élevés

Ce ne sont pas des navigateurs. D’ailleurs, la plupart du temps, bien que l’eau occupe une place centrale  dans leur travail, ces employés exercent leur activité sur la terre ferme. Ils exercent, pour certains, les métiers de traitement des eaux usées, de l’eau potable ou encore de l’assainissement, d’autres interviennent dans le domaine de l’environnement et d’entretien des espaces naturels. Salariés des travaux publics, ils peuvent être missionnés sur des chantiers de construction et d’entretien des berges et des voies navigables ou encore à proximité des bassins. D’autres, enfin, professionnels des sports et loisirs, travaillent au contact direct avec des eaux douces. Pour tous, travailler dans l’environnement aquatique, au contact direct avec les eaux ou dans un environnement humide constitue le risque d’être exposé à la leptospirose.

Cette maladie infectieuse est  transmise par les urines et les déjections des rongeurs qui souillent ainsi les eaux. Une fois dans l’environnement, les leptospires, bactéries responsables de cette maladie, peuvent survivre jusqu’à 6 mois en milieu humide (eau ou boue) et même à 4°C.

Les métiers de traitement des eaux usées et de l’assainissement

En contact  avec des eaux usées, contenant des micro-organismes, lors des travaux d’exploitation ou d’entretien dans les égouts ou dans les stations d’épuration,  ces professionnels sont au contact des installations accessible aux rongeurs, plus particulièrement aux rats et autres animaux. Ils sont donc les premiers exposés au risque de leptospirose.

Claude, anciennement employé dans l’assainissement et ayant été hospitalisé plusieurs jours à cause d’une leptospirose nous livre son expérience personnelle : « J’étais responsable d’une agence dans l’assainissement. J’étais forcément en contact avec les véhicules d’assainissement. Ma société étant proche de Paris, les véhicules étaient là dans la demi-heure qui suivait. Il a suffi d’un simple contact avec les boues d’un camion, mes mains étant démunies de gants, car j’étais souvent au téléphone ! Téléphoner avec des gants, ce n’était pas possible à cause des touches. Et c’est ça le problème et en plus je me rongeais les ongles ! Il ne fallait pas… Une simple blessure aux doigts a suffi pour être contaminé ! »

Les métiers de l’eau potable

Les réseaux d’eau potable peuvent constituer une possible source de contamination pour le personnel. Par exemple lors de la réparation d’une fuite. L’agent entre en contact avec le milieu environnant, gardé humide à cause de cette fuite d’eau, potentiellement contaminé par de l’urine de rats ou d’autres animaux concernés. Ce risque est d’autant plus important que les gants utilisés par les employés sur le réseau d’eau potable ne sont souvent pas étanches. Parfois même, les agents retirent leurs gants pour réaliser des actions de précisions, avec leur doigts, que les gants ne permettent pas toujours de faire.

 « Mon métier consistait à poser des réseaux d’eau, changer des compteurs, effectuer les réparation sur le réseau, nettoyer des châteaux d’eau, tout ce qui a un rapport avec l’eau potable du forage à la distribution chez les particuliers. Tous ces endroits sont des endroits à risque de leptospirose j’ai envie de dire, parce que par exemple les vieilles conduites ou les fosses à compteur sont souvent situées dans les endroits exposés. »  nous explique Frédéric qui a contracté la leptospirose lors de son exercice en tant Préposé à l’exploitation des compteurs d’eau.

Les métiers de la voie d’eau (VNF)

Les employés de construction et d’entretien des berges et des voies navigables en eaux douces se retrouvent souvent en première ligne lors des crues et inondations. Le contact direct de l’eau et le voisinage des rongeurs fait de cet environnement une zone d’exposition pour les salariés tels que les éclusiers, plongeurs, agents de maintenance, etc.

Les métiers de l’environnement et d’entretien des espaces naturels

Les travaux d’entretien des espace naturels effectués sur les berges de rivières ou dans des cours d’eau convoités par les ragondins amènent les salariés à descendre dans les bassins ou accéder aux installations immergées et intervenir bien souvent dans les milieux boueux, marécageux et humides. Toutes ces conditions sont favorables à une contamination par les leptospires.

Les pêcheurs et pisciculteurs

Chez les pêcheurs les contaminations sur les berges ne sont pas exceptionnelles. Leur métier les amène à se trouver sur les rives et les eaux stagnantes des cours d’eau coupés de barrages qui sont des sites très favorables à la contamination.
Par ailleurs, l’élevage par les pisciculteurs et aquaculteurs des poissons d’eau douce à l’intérieur des terres dans des bassins ou étangs, fait l’objet de nombreuses tâches manuelles dans des conditions propices à la présence des leptospires (milieu humide, zones d’entrepôt de la nourriture des poissons ou les zones à déchets propices à la présence et à la prolifération de rats).

Les professionnels des sports et loisirs des eaux douces

Avec la tendance aux « sports nature », de plus en plus nombreux sont les travailleurs éduquant, encadrant ou pratiquant en compétition des activités sportives ou récréatives en eaux douces pouvant exposer au risque de leptospirose. Citons parmi ces sports et activités en eau douce le canyoning, le canoë-kayak, le rafting, etc.) ainsi que les nouvelles expériences « tendance », tels les courses dans la boue.

Pour plus d’information
sur la leptospirose :
www.leptospirose-prevention.fr

DES MOYENS DE PRÉVENTION EXISTENT : PARLEZ-EN A VOTRE MÉDECIN !

La prévention en milieu professionnel passe avant tout par une bonne communication auprès des travailleurs exposés : par la sensibilisation des personnes à risque ( à l’embauche et régulièrement renouvelée tout au long de l’exercice).
Pour lutter contre la leptospirose il est important de respecter les consignes de prévention :
– En portant les équipements de protection : gants, bottes, combinaison, lunettes de protection…
– En respectant des règles d’hygiène : désinfecter et protéger les plaies, se laver les mains…
– En consultant son médecin traitant en cas de syndrome grippal
La vaccinationest également recommandée sur avis du médecin, associée aux autres moyens de protection, décrites ci-dessus, pour les professionnels particulièrement exposés.

Vous avez des employés à risques de leptospirose dans votre structure ?

Pour mieux vous informer sur la leptospirose et sa prévention, nous pouvons intervenir à titre gracieux lors d’une réunion de sensibilisation à la leptospirose à destination des salariés à risque qui dure 45 à 60 minutes selon le nombre de questions.
Contactez-nous pour réserver votre prochaine réunion avec un de nos Chargés d’Information et de Prévention : leptospirose@imaxio.com

Références bibliographiques

1. Avis du Conseil Supérieur d’Hygiène Publique en France relatif aux recommandations pour la prévention de la leptospirose en cas d’activité professionnelle à risque (séance du 18 mars 2005)

1/2 journée d’information sur la leptospirose à Cayenne (Guyane)

Invitation à une demi-journée d’information sur la leptospirose le 12 novembre 2019 à

 

C.G.O.S.H. 6 rue des Kouyous – Lot Calimbé, 97306 CAYENNE CEDEX

 

Cette matinée sera animée par des experts sur le sujet :

 

  • Dr Paul LE TURNIER, Praticien attaché maladies infectieuses et tropicales, CHU de Nantes
« Mise au point sur la leptospirose et dernières actualités »

 

  • Dr Marine COMBE, Docteur microbiologiste, chercheuse, Institut de Recherche pour le Développement (IRD)
« Distribution et dynamiques saisonnières de la bactérie Leptospira sp. dans l’environnement aquatique en Guyane »
  • Me Alexandra NICOLAS, Avocat Conseil en Droit Social et Droit de la Sécurité Sociale, Michel Ledoux & Associés
« La responsabilité de l’employeur, public et privé, en matière de maladie professionnelle »
 
  • Dr Loïc EPELBOIN, Praticien hospitalier unité des maladies infectieuses et tropicales, Centre Hospitalier Andrée Rosemon et Université de Guyane, Cayenne
« Etat des connaissances sur la leptospirose animale et humaine sur le bouclier des Guyanes en 2019 »

 

Cette ½ journée d’information est gratuite et ouverte à tous les professionnels de santé.

Vous pouvez encore vous inscrire en cliquant ici.

PREVENTICA GRAND SUD du 8 au 10 Octobre 2019

RETROUVEZ-NOUS : STAND E44

 

Nous avons le plaisir de vous inviter au Congrès/Salon PREVENTICA – SANTE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL du 8 au 10 octobre à Marseille (Parc Chanot)

3 jours pour s’informer, se former, rencontrer de nombreux experts et bénéficier d’opportunités d’affaires en un lieu unique.

A cette occasion, nous organisons en collaboration avec le Cabinet Michel Ledoux et Associés :

 ATELIER-CONFÉRENCE MERCREDI 9 OCTOBRE – SALLE AS2, DE 10H30 A 11H00
Leptospirose ou « maladie du rat » : prévention et responsabilités juridiques

 

L’incidence de la leptospirose, souvent appelée « maladie du rat », a doublé depuis 2014 pour atteindre plus d’un cas par jour en France. 54% des leptospiroses chez les actifs seraient d’origine professionnelle.

Les experts de cet atelier vous informent sur :

  • Les recommandations officielles pour la prévention de cette maladie professionnelle
  • L’impact des évolutions de la loi travail sur le suivi des personnes exposées aux agents biologiques de type 2 dont fait partie la leptospirose
  • La responsabilité de l’employeur, public et privé, en matière de prévention des maladies professionnelles

 

Intervenants :

Michel LEDOUX, MICHEL LEDOUX & ASSOCIES, Avocat Associé et spécialiste en santé au travail

Matthieu LACOMBE, IMAXIO, Chargé d’Information et de Prévention

 

BADGE VISITEUR GRATUIT – Code invitation : EIMA086

 

Pour plus d’information contactez-nous.

Pour plus d’information sur le Cabinet Michel Ledoux et Associés : http://www.michel-ledoux.fr/

Regards sur la Leptospirose n°18

La leptospirose : risque d’exposition croissant dans le cadre des loisirs

En France, le nombre de cas de leptospirose a augmenté depuis 2014 pour passer à plus d’1 cas par jour1 ! Cette maladie, principalement associée aux risques professionnels dans certaines branches, telles que l’assainissement, les travaux publics ou encore la pisciculture et l’entretien des espaces naturels, est de plus en plus souvent contractée à l’occasion de la pratique d’activités de loisirs exposant à l’eau douce et à l’environnement souillés par l’urine des rongeurs. Quels sont les activités récréatives concernées ? Quels sont les facteurs de risque et quelles sont les précautions à prendre pour prévenir cette maladie potentiellement mortelle dans le cadre des loisirs ?

Pour plus d’information :

 

www.leptospirose-prevention.fr

 

ou leptospirose@imaxio.com

Avec l’augmentation de l’incidence ces dernières années en France comme au niveau mondial2,3, la leptospirose continue à préoccuper les autorités sanitaires. Dans les régions tropicales, les leptospires étant très présents dans le milieu naturel, cette maladie apparaît comme un réel problème de santé publique (ex : Antilles, Ile de la Réunion, Océanie…). Des cas survenant au cours d’événements sportifs, ou de catastrophes naturelles principalement inondations et cyclones sont décrites partout dans le monde y compris dans les pays tempérés (ex : en France métropolitaine, 43 cas signalés l’été de la canicule 20034, 14 cas groupés chez les kayakistes en 20165, 5 cas groupés en automne 20176ou encore la mort d’un triathlète en été 20187). Le réchauffement climatique pouvant être à l’origine de la multiplication des évènements climatiques extrêmes et des précipitations élevées favoriserait la diffusion de cette maladie.

Les activités et sports de nature

Avec le développement de l’urbanisation, les activités de loisir sont davantage orientées vers les activités en plein air qui peuvent exposer à des risques de leptospirose en facilitant le rapprochement entre l’homme et les animaux ou les environnements infectés. La leptospirose étant transmise par l’urine des animaux principalement les rongeurs (rats, ragondins…), l’infection de l’homme, la plupart du temps, n’est qu’accidentelle. Elle repose principalement sur un contact indirect avec l’urine de ces animaux, dans un environnement contaminé. Les leptospires peuvent survivre dans le milieu extérieur humide et en particulier dans l’eau douce et dans la boue pendant plusieurs mois, même à des températures aussi basses que 4°C8 et pénètrent dans l’organisme à travers les plaies, les muqueuses (nez, bouche, yeux) et même la peau saine macérée.

Des activités qui se déroulent sur l’eau ou dans l’eau douce : la baignade, le triathlon, la plongée, le canoë-kayak, le rafting ou encore la planche à voile sont aujourd’hui de plus en plus populaires et se retrouvent parmi les causes principales de contamination dans le cadre des loisirs. En septembre 2016, 14 cas groupés de leptospirose ont été décelés chez les kayakistes ayant été au contact avec les eaux de la Vilaine dans le département d’Ille-et-Vilaine5. Et en 2018, un triathlète de 44 ans est décédé dans la région de Libourne, en Gironde, après avoir contracté la leptospirose7.

D’autre activités et sports de nature pratiqués dans un environnement humide ou dans la boue représentent également un facteur de risque : la spéléologie, le canyoning, les parcours en pleine nature (raids) ou dans la boue (Mud Day), mais aussi le jardinage9. Ainsi, en 2017, 5 cas avérés de leptospirose ont été diagnostiqués chez des personnes faisant partie d’un même groupe qui a pratiqué le canyoning en septembre 2017 en Savoie6. Et dans les départements d’Outre-Mer, le jardinage est une des activités principales à risque.

Enfin les activités exposants au contact direct avec les animaux ou un environnement infectés telles que la chasse, le piégeage ou encore la pêche présentent également le risque d’attraper cette maladie. La presse rapporte régulièrement des cas graves ou mortels de leptospirose humaine parmi les piégeurs, au contact fréquent de ragondins et de rats musqués, porteurs de cette maladie.

Comment se protéger de la leptospirose ?

  • Lutter contre la prolifération des rongeurs
  • Assurer une bonne gestion des déchets
  • Eviter les baignades en eaux mal connues et surtout après de fortes pluies
  • Porter des équipements de protection (bottes, combinaison, lunettes de protection…)
  • Eviter tout contact des mains souillées avec ses yeux, son nez et sa bouche
  • Désinfecter et protéger ses plaies cutanées avec un pansement imperméable
  • Se laver les mains à l’eau potable et au savon
  • Consulter son médecin traitant en cas de syndrome grippal
  • La vaccination est recommandée sur avis du médecin, associée aux autres moyens de protection pour des sujets particulièrement exposés

Les voyages internationaux : un facteur de risque

A l’échelon mondial, on dénombre chaque année un million de cas sévères de leptospirose qui seraient à l’origine de 60 000 décès3, mais ces chiffres sont probablement sous-estimés du fait de l’absence de spécificité des symptômes, et aussi de techniques diagnostiques difficiles à mettre en oeuvre ou à exploiter.

De nos jours, les voyages internationaux ont pris une importance sans précèdent et pour les personnes qui se rendent dans un pays tropical ou subtropical, le risque de contracter une leptospirose est encore plus élevé. En effet, la chaleur et l’humidité dans les tropiques sont favorables à la survie des leptospires dans ces milieux naturels. On retrouve le caractère saisonnier de la leptospirose sur ces territoires avec une augmentation du nombre de cas lors de la saison des pluies ou après des phénomènes climatiques inhabituels (ouragans, inondations). Parmi ces pays nous retrouvons l’Inde, le Sri Lanka, la Thaïlande, le Vietnam, la Malaisie, la Chine, les Seychelles, les Caraïbes, le Brésil et les îles pacifiques10 mais également les régions françaises d’Outre-Mer, où l’incidence en 2017 est 7 à 80 fois plus élevée qu’en France métropolitaine.1

L’engouement grandissant pour les loisirs aquatiques et les compétitions sportives en milieu tropical, qui s’accompagnent de rassemblement important de participants, créent des conditions propices à la contamination par les leptospires. Des cas groupés ont été rapportés après la pratique de loisirs aquatiques comme la natation, le rafting ou encore après les compétitions de course d’endurance en plein air ( trail), à l’exemple du Trail Tchimbé Raid 2009 en Martinique11 ou de l’Eco Challenge Sabah 2000 en Malaisie12. Ainsi au Pays- Bas, entre 2009 et 2016, 224 cas de leptospirose reportés étaient en rapport avec un voyage à l’étranger, parmi lesquels 53,7% de cas graves qui ont été hospitalisés.13

Malgré la fréquence élevée de cas de leptospirose rapportés au retour de voyages, il est probable que dans ce contexte particulier la maladie reste encore sous diagnostiquée. La sensibilisation des voyageurs aux moyens de prévention contre la leptospirose est donc primordiale pour leur permettre d’identifier les activités à risque et prendre les mesures préventives adéquates.

Références bibliographiques

1. Centre national de référence de la leptospirose. Rapport annuel d’activité 2018 pour l’année 2017.
2. Costa F, Hagan JE, Calcagno J, Kane M, Torgerson P, Martinez-Silveira MS, et al.Global morbidity and mortality of leptospirosis: a systematic review. PLoS NeglTrop Dis 2015;9:e0003898.
3. L. Filleul et al. ; Santé Publique France – La leptospirose dans les régions et départements français d’outre-mer; Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire ; 4 avril 2017 ; numéro 8-9.
4. Capek I et Vaillant V. Leptospirose en France métropolitaine. Été 2003.
5. Y. Guillois, P. Bourhy, F. Ayral, M. Pivette, A. Decors, H. Aranda Grau, C. Malhere, B. Combes, M. Le Guyader, A. Septfons. An outbreak of leptospirosis among kayakers in Brittany, North-West France, 2016. Euro Surveill. 2018;23(48):pii=1700848.
6. G. Terpant, A. Septfons, P. Bourhy, N. Grangeret, J. Neasta ou J.-F. Franconie. Outbreak of leptospirosis during a canyoning weekend, France, 2017.
7. www.ladepeche.fr – Gironde un triathlète décède d’une leptospirose – 2018-05-31
8. G. André-Fontaine, «Waterborne Leptospirosis: Survival and Preservation of the Virulence of Pathogenic Leptospira spp. in Fresh Water. »Curr Microbiol. 2015 Jul;71(1):136-42.
9. Watrin M. Étude descriptive des cas de leptospirose diagnostiqués en Normandie sur la période 2010-2014. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2016: 1-28.
10. Van de Werve, C. (2010-2011). Leptospirose et voyages. Bordeaux: Université Victor Segalen.
11. Patrick Hochedez, Jacques Rosine, Rafaelle Théodose, Sylvie Abel, Pascale Bourhy, Mathieu Picardeau, Philippe Quénel, and André Cabié. Outbreak of Leptospirosis after a Race in the Tropical Forest of Martinique. Am. J. Trop. Med. Hyg., 84(4), 2011, pp. 621–626.
12. Sejvar, J., E. Bancroft, et al. (2003). “Leptospirosis in “Eco- Challenge” athletes, Malaysian Borneo, 2000.” Emerg Infect Dis 9(6): 702-7.
13. De Vries SG et coll. : Travel-related leptospirosis in the Netherlands 2009-2016: An epidemiological report and case series. Travel Med Infect Dis., 2018; 24: 44-50.
14. Avis du Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France, relatif aux Recommandations pour la prévention de la leptospirose en population générale, séance du 30 septembre 2005

Regards sur la Leptospirose n°17

Cyril WARMBERG,

Médecin du travail, exerçant dans le service autonome de Disneyland Paris

Entretien des espaces verts : le risque de leptospirose existe !

Le risque de leptospirose chez les jardiniers-paysagistes semble actuellement en augmentation. Médecin du travail, exerçant dans le service autonome de Disneyland Paris et auteur d’un mémoire de recherche sur ce thème, le Docteur Cyril Warmberg, répond à nos questions.

“Des populations comme les jardiniers sont désormais remontées dans les statistiques de cas déclarés de leptospirose.”

Quelles raisons vous ont conduit à vous intéresser à la leptospirose ?

Cyril WARMBERG. La France est un des pays d’Europe dont l’incidence est la plus élevée, avec un cas pour 100 000 habitants et environ 600 cas dénombrés en 2017. Pendant très longtemps les jardiniers de la destination étaient suivis par la MSA (mutuelle sociale agricole). Lorsque j’ai récupéré leurs dossiers médicaux, j’ai souhaité venir étudier sur place leur poste de travail afin d’observer les méthodes utilisées pour entretenir la végétation de Disneyland Paris. C’est à cette occasion que j’ai constaté qu’ils faisaient face à des situations au cours desquelles ils pouvaient être contaminés par des leptospires. Ainsi, ai-je remarqué qu’ils descendaient dans les bassins pour faire l’entretien des berges, qu’ils avaient accès à des vannes d’eau dans des trappes immergées et que par temps de pluie, ils travaillaient bien souvent dans la boue. Toutes ces conditions sont favorables à une contamination par les leptospires.

Les employés dont vous vous occupez étaientils informés des risques qu’ils encouraient ?

CW. Lorsque je leur ai parlé de la leptospirose, j’ai constaté qu’ils ne connaissaient guère la maladie et n’avaient aucune conscience des risques. De fait, dans la littérature scientifique les jardiniers paysagistes ne font pas partie des professions les plus exposées. Ils se situent en 6ème position, bien loin derrière les égoutiers, les agriculteurs et éleveurs ou les travailleurs du BTP. Mais des enquêtes plus récentes suggèrent qu’aujourd’hui ils seraient à la troisième place. Il était donc important de les sensibiliser à cette maladie.

Vous venez de publier un travail de recherche portant sur ces populations. Votre mémoire rappelle justement que ce risque est en croissance chez les jardiniers-paysagistes. Comment expliquer ce phénomène ?

CW. La leptospirose est reconnue comme maladie professionnelle et inscrite au tableau 19A du régime général de la Sécurité Sociale et au tableau 5 du régime agricole. Les populations qui étaient les plus concernées il y a quelques années bénéficient aujourd’hui d’un suivi très régulier basé sur le port d’équipements de protection (EPI), la modification des processus de travail, et surtout une vaccination préventive. Ces mesures efficaces de prévention ont permis de faire chuter le risque dans ces professions très exposées. Comme ces professionnels sont beaucoup mieux protégés, des populations comme les jardiniers, pour qui le risque a été sous-estimé sont désormais remontées dans les statistiques de cas déclarés.

Une étude épidémiologique menée naguère en Suisse suite à un cas de leptospirose avait établi que 12% des rats présents dans les parcs de Zurich étaient infectés par la bactérie ? L’augmentation du risque est-elle liée au développement de ces populations de nuisibles ?

CW. La leptospirose se contracte au contact d’eau ou de boues souillées par des urines d’animaux, domestiques ou sauvages, affectés par la maladie. Les muqueuses (notamment oculaires) et les plaies, sont la porte d’entrée de la bactérie dans l’organisme. Je ne connais pas le nombre de rats évoluant dans nos parcs, mais il est clair que ce nombre ne cesse d’augmenter. Ceci est vrai tant au niveau des villes que sur notre site. Nous avons d’ailleurs un service dédié à la lutte contre les nuisibles, qui veille à éviter toutes les circonstances favorisant leur développement. Ce service organise des inspections régulières de tous les bâtiments du site et fait des recommandations afin de supprimer les conditions favorisant le développement de ces populations. Nous portons une attention particulière à l’évacuation des déchets, nous veillons à ce qu’aucune nourriture ne traîne. Pour éradiquer ces nuisibles nous n’utilisons pas de produits de dératisation chimiques, mais avons disposé des pièges à rats dans tous les bâtiments.

PROFESSIONS VERTES ET VERDISSANTES :

Les professions vertes et verdissantes, c’està- dire les métiers ayant une finalité environnementale ou dont l’exercice peut être affecté par l’environnement, représentent près de 4 millions d’emplois en France. Ainsi donc, 14,6% des emplois seraient liés de près ou de loin à l’environnement. Outre l’agriculture et l’élevage, on retrouve ces professions dans un panel de secteurs très large, production et distribution d’eau, métiers du bâtiment, transports ou encore sylviculture et entretien des espaces verts. De part leur contact rapproché avec la nature, ces métiers sont plus exposés que d’autres au risque de leptospirose.

“Il est important que les salariés soient conscients du fait que la leptospirose n’est pas une infection banale.”

Pour plus d’information :
www.leptospirose-prevention.fr
ou leptospirose@imaxio.com
Quelles autres actions menez-vous ?

CW. Notre entreprise a une importante culture de la prévention ; nous disposons d’un service médical autonome composé de 8 médecins et 13 infirmières pour l’ensemble des 16 000 salariés. Nous avons en outre un grand pôle prévention constitué d’ingénieurs en sécurité du travail qui analysent les risques auxquels sont soumis nos employés. Nos deux pôles mènent ainsi des actions conjointes. Grâce à cette culture de la prévention, nos salariés sont de plus en plus sensibilisés à la maladie.

Comment les employés se protègent-ils ? Ces actions sont-elles suffisantes ?

CW. Lorsque j’ai débuté mon étude, les jardiniers ne se protégeaient pas contre la leptospirose. Et pourtant, mon étude d’observation avait montré qu’ils y étaient exposés… C’est dans ce cadre que nous avons organisé une séance de prévention. Les salariés ont apprécié qu’on les informe et qu’on leur propose des solutions pour maîtriser ce risque.

Quelles actions avez-vous menées et pour quels résultats ?

CW. Concernant les équipements, ils ont tous accepté de changer de modèle de gants et d’opter pour des dispositifs plus résistants et plus protecteurs. Ils ont également volontiers adopté les lunettes de sécurité qui préservent des projections d’eau contaminée dans l’oeil. En complément une vaccination leur a été proposée, et certains l’ont accepté.

Quels autres conseils leur avez-vous donné ?

CW. Il est important que les salariés soient conscients du fait que la leptospirose n’est pas une infection banale. On dénombre 23 sérotypes de Leptospira Interrogans. Parmi elles le sérogroupe Icterohaemorrhagiae est à l’origine des formes les plus sévères de la maladie. Ce sérogroupe est impliqué dans 1/3 des leptospiroses recensées ; Il est identifié dans les 2/3 des cas hospitalisés en France. Les cas graves peuvent évoluer vers une défaillance multiviscérale caractérisée par une insuffisance rénale, une atteinte méningée ou pulmonaire, et un ictère. Dans 20 % des cas elle se complique d’un syndrome hémorragique potentiellement mortel. C’est la raison pour laquelle nous insistons auprès des salariés pour qu’ils consultent immédiatement leur médecin généraliste en cas de fièvre ou de symptôme grippal. Il est essentiel que leur médecin sache que le salarié appartient à une catégorie professionnelle à risque de leptospirose. En effet si un antibiotique est administré rapidement, l’infection peut être jugulée et la guérison peut ne laisser aucune séquelle. Cependant, si on attend trop longtemps -et particulièrement lorsqu’il s’agit de leptospirose Ictérohémorragique-, une hospitalisation s’impose. Les séquelles peuvent être importantes.

Références bibliographiques

1. Rapports d’activité 2017 et précédents du Centre National de Référence de la Leptospirose –Inst. Pasteur Paris
2. Rapport du Groupe de Travail du Conseil Supérieur d’Hygiène Publique en France. Nouvelles recommandations relatives à la prévention du risque chez les personnes exposées à la leptospirose (présenté et adopté lors de la séance du CSHPF du 18 mars 2005)
3. Watrin M. Étude descriptive des cas de leptospirose diagnostiqués en Normandie sur la période 2010-2014. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2016: 1-28
4. Décret no 2009-1194 du 7 octobre 2009 révisant et complétant les tableaux de maladies professionnelles annexés au livre IV du code de la sécurité sociale
5. Décretn°2007-1121, Journal Officiel du 9/07/07 (Code de la Sécurité Sociale)
6. Adler H, Vonstein S, Deplazes P, Stieger C, Frei R. Prevalence of Leptospira spp. in various species of small mammals caught in an inner-city area in Switzerland. Epidemiol Infect 2002;128:107-9