Informez vos proches,
PARTAGER C’EST PROTÉGER !

La Leptospirose

Une maladie infectieuse sous estimée et potentiellement grave

Étiquette : sports et loisirs des eaux douces

Le triathlon : focus sur un sport à risque

Le triathlon est un sport qui allie la course à pieds, la natation et le cyclisme. Ce sport de plus en plus populaire auprès des Français présente des risques de contamination par la leptospirose, une zoonose véhiculée par des rongeurs (rats, ragondins…) en eaux douces. En 2018 un triathlète de Libourne décède de cette maladie lors d’un de ses entraînements dans un lac.

Adeptes d’activités en eau douce et futurs pratiquants des disciplines associées (swimrun, triathlon…) prenez quelques précautions pour vous prémunir de la leptospirose :

  • Désinfectez et protégez vos plaies avec un pansement résistant à l’eau
  • Évitez de vous baigner après de fortes pluies et dans les zones visitées par des rongeurs
  • Évitez le contact des mains souillées avec les yeux, la bouche et le nez

En cas de syndrome grippal, consultez rapidement votre médecin en lui rappelant votre pratique d’une activité à risque. En cas de pratique régulière et durable du triathlon, la vaccination contre la leptospirose est recommandée.

« Prévenir est notre métier. Protéger est notre devoir », IMAXIO

Suivez IMAXIO et partagez nos actualités : www.imaxio.fr

Loisirs en eaux douces : attention au risque de leptospirose !

Avec l’arrivée des chaleurs estivales, l’engouement pour les loisirs aquatiques en eaux douces ne cesse d’augmenter : la baignade, la plongée, le canoë-kayak, le rafting ou encore la planche à voile. Très populaires, ces activités se retrouvent parmi les causes principales de contamination à la leptospirose dans le cadre des loisirs. Parmi les victimes, en 2016, 14 kayakistes contractent la leptospirose en d’Ille-et-Vilaine ; en 2018, un triathlète de 44 ans décède dans la région de Libourne ; en 2019, 2 personnes sont hospitalisées après s’être baignées dans une rivière de Haute-Saône.

Protégez-vous et vos proches :

  • Eviter les baignades en eaux mal connues
  • Désinfecter et protéger vos plaies cutanées
  • Porter des équipements de protection en fonction de l’activité
  • Penser à la vaccination pour les personnes particulièrement exposées, proposée au cas par cas par le médecin en complément des moyens de protection.

En cas de syndrome grippal, pensez à informer votre médecin si vous avez pratiqué une activité à risque de leptospirose dans le mois précèdent !

« Prévenir est notre métier. Protéger est notre devoir », IMAXIO

Suivez IMAXIO et partagez nos actualités : www.imaxio.fr

Regards sur la Leptospirose n°19

Les métiers de l’eau et de l’assainissement : risques d’exposition à la leptospirose élevés

Ce ne sont pas des navigateurs. D’ailleurs, la plupart du temps, bien que l’eau occupe une place centrale  dans leur travail, ces employés exercent leur activité sur la terre ferme. Ils exercent, pour certains, les métiers de traitement des eaux usées, de l’eau potable ou encore de l’assainissement, d’autres interviennent dans le domaine de l’environnement et d’entretien des espaces naturels. Salariés des travaux publics, ils peuvent être missionnés sur des chantiers de construction et d’entretien des berges et des voies navigables ou encore à proximité des bassins. D’autres, enfin, professionnels des sports et loisirs, travaillent au contact direct avec des eaux douces. Pour tous, travailler dans l’environnement aquatique, au contact direct avec les eaux ou dans un environnement humide constitue le risque d’être exposé à la leptospirose.

Cette maladie infectieuse est  transmise par les urines et les déjections des rongeurs qui souillent ainsi les eaux. Une fois dans l’environnement, les leptospires, bactéries responsables de cette maladie, peuvent survivre jusqu’à 6 mois en milieu humide (eau ou boue) et même à 4°C.

Les métiers de traitement des eaux usées et de l’assainissement

En contact  avec des eaux usées, contenant des micro-organismes, lors des travaux d’exploitation ou d’entretien dans les égouts ou dans les stations d’épuration,  ces professionnels sont au contact des installations accessible aux rongeurs, plus particulièrement aux rats et autres animaux. Ils sont donc les premiers exposés au risque de leptospirose.

Claude, anciennement employé dans l’assainissement et ayant été hospitalisé plusieurs jours à cause d’une leptospirose nous livre son expérience personnelle : « J’étais responsable d’une agence dans l’assainissement. J’étais forcément en contact avec les véhicules d’assainissement. Ma société étant proche de Paris, les véhicules étaient là dans la demi-heure qui suivait. Il a suffi d’un simple contact avec les boues d’un camion, mes mains étant démunies de gants, car j’étais souvent au téléphone ! Téléphoner avec des gants, ce n’était pas possible à cause des touches. Et c’est ça le problème et en plus je me rongeais les ongles ! Il ne fallait pas… Une simple blessure aux doigts a suffi pour être contaminé ! »

Les métiers de l’eau potable

Les réseaux d’eau potable peuvent constituer une possible source de contamination pour le personnel. Par exemple lors de la réparation d’une fuite. L’agent entre en contact avec le milieu environnant, gardé humide à cause de cette fuite d’eau, potentiellement contaminé par de l’urine de rats ou d’autres animaux concernés. Ce risque est d’autant plus important que les gants utilisés par les employés sur le réseau d’eau potable ne sont souvent pas étanches. Parfois même, les agents retirent leurs gants pour réaliser des actions de précisions, avec leur doigts, que les gants ne permettent pas toujours de faire.

 « Mon métier consistait à poser des réseaux d’eau, changer des compteurs, effectuer les réparation sur le réseau, nettoyer des châteaux d’eau, tout ce qui a un rapport avec l’eau potable du forage à la distribution chez les particuliers. Tous ces endroits sont des endroits à risque de leptospirose j’ai envie de dire, parce que par exemple les vieilles conduites ou les fosses à compteur sont souvent situées dans les endroits exposés. »  nous explique Frédéric qui a contracté la leptospirose lors de son exercice en tant Préposé à l’exploitation des compteurs d’eau.

Les métiers de la voie d’eau (VNF)

Les employés de construction et d’entretien des berges et des voies navigables en eaux douces se retrouvent souvent en première ligne lors des crues et inondations. Le contact direct de l’eau et le voisinage des rongeurs fait de cet environnement une zone d’exposition pour les salariés tels que les éclusiers, plongeurs, agents de maintenance, etc.

Les métiers de l’environnement et d’entretien des espaces naturels

Les travaux d’entretien des espace naturels effectués sur les berges de rivières ou dans des cours d’eau convoités par les ragondins amènent les salariés à descendre dans les bassins ou accéder aux installations immergées et intervenir bien souvent dans les milieux boueux, marécageux et humides. Toutes ces conditions sont favorables à une contamination par les leptospires.

Les pêcheurs et pisciculteurs

Chez les pêcheurs les contaminations sur les berges ne sont pas exceptionnelles. Leur métier les amène à se trouver sur les rives et les eaux stagnantes des cours d’eau coupés de barrages qui sont des sites très favorables à la contamination.
Par ailleurs, l’élevage par les pisciculteurs et aquaculteurs des poissons d’eau douce à l’intérieur des terres dans des bassins ou étangs, fait l’objet de nombreuses tâches manuelles dans des conditions propices à la présence des leptospires (milieu humide, zones d’entrepôt de la nourriture des poissons ou les zones à déchets propices à la présence et à la prolifération de rats).

Les professionnels des sports et loisirs des eaux douces

Avec la tendance aux « sports nature », de plus en plus nombreux sont les travailleurs éduquant, encadrant ou pratiquant en compétition des activités sportives ou récréatives en eaux douces pouvant exposer au risque de leptospirose. Citons parmi ces sports et activités en eau douce le canyoning, le canoë-kayak, le rafting, etc.) ainsi que les nouvelles expériences « tendance », tels les courses dans la boue.

Pour plus d’information
sur la leptospirose :
www.leptospirose-prevention.fr

DES MOYENS DE PRÉVENTION EXISTENT : PARLEZ-EN A VOTRE MÉDECIN !

La prévention en milieu professionnel passe avant tout par une bonne communication auprès des travailleurs exposés : par la sensibilisation des personnes à risque ( à l’embauche et régulièrement renouvelée tout au long de l’exercice).
Pour lutter contre la leptospirose il est important de respecter les consignes de prévention :
– En portant les équipements de protection : gants, bottes, combinaison, lunettes de protection…
– En respectant des règles d’hygiène : désinfecter et protéger les plaies, se laver les mains…
– En consultant son médecin traitant en cas de syndrome grippal
La vaccinationest également recommandée sur avis du médecin, associée aux autres moyens de protection, décrites ci-dessus, pour les professionnels particulièrement exposés.

Vous avez des employés à risques de leptospirose dans votre structure ?

Pour mieux vous informer sur la leptospirose et sa prévention, nous pouvons intervenir à titre gracieux lors d’une réunion de sensibilisation à la leptospirose à destination des salariés à risque qui dure 45 à 60 minutes selon le nombre de questions.
Contactez-nous pour réserver votre prochaine réunion avec un de nos Chargés d’Information et de Prévention : leptospirose@imaxio.com

Références bibliographiques

1. Avis du Conseil Supérieur d’Hygiène Publique en France relatif aux recommandations pour la prévention de la leptospirose en cas d’activité professionnelle à risque (séance du 18 mars 2005)