Informez vos proches,
PARTAGER C’EST PROTÉGER !

La Leptospirose

Une maladie infectieuse sous estimée et potentiellement grave

Étiquette : vaccination

Se vacciner, c’est se protéger

Dans un contexte d’augmentation importante de la transmission du Covid-19, de forte diffusion du variant Delta et de congés estivaux, de nouvelles mesures sont mise en place pour freiner une reprise forte de l’épidémie de Covid-19 à compter du lundi 09 août :

  • L’extension du pass sanitaire pour les personnes de plus de 18 ans: les cafés et restaurant, les centres commerciaux, les établissements médicaux et les transports publics (trains, bus, avions) pour les trajets de longue distance
  • La vaccination obligatoire pour les soignants (les professionnels médicaux et paramédicaux et les professionnels en contact avec des personnes vulnérables comme les pompiers, les ambulanciers…)

La vaccination est un moyen efficace pour se protéger contre une maladie potentiellement dangereuse. Continuez à appliquer les mesures barrières (masques, distance physique, lavage des mains).

« Prévenir est notre métier. Protéger est notre devoir », IMAXIO

Suivez IMAXIO et partagez nos actualités : www.imaxio.fr

Suspicion de Leptospirose dans le Cantal

En juin dernier, plusieurs personnes dans le village des « Chazes » ont développé des symptômes évocateurs de leptospirose, avec hospitalisation pour certains. Deux pistes de contamination ont été explorées par l’ARS : une possible transmission par l’eau du robinet ou le contact d’objets souillés par des déjections de rongeurs. En effet, les rats taupiers qui ont envahi le village en hiver étaient les premiers suspects.
Durant plusieurs jours, l’eau du robinet a été déclarée impropre et un camion-citerne a été mis à disposition des habitants. Depuis, les résultats d’analyse des malades ont écarté la leptospirose, sans pour autant faire la lumière de l’origine de cette affection.
Les règles d’hygiène sont essentielles dans les zones infestées par les rongeurs : lavage régulier des mains, protection des plaies, port des équipements de protection. Pour les personnes fragiles et fortement exposées, un vaccin existe. Parlez-en à votre médecin.

Pour en savoir plus : https://www.lamontagne.fr/saint-jacques-des-blats-15580/actualites/au-chazes-hameau-de-saint-jacques-des-blats-cantal-la-mairie-interdit-d-utiliser-l-eau-du-robinet_13974211/

« Prévenir est notre métier. Protéger est notre devoir », IMAXIO

Suivez IMAXIO et partagez nos actualités : www.imaxio.fr

Vaccination anti-leptospirose : IMAXIO répond à vos questions médicales

« Prévenir, protéger et vacciner », tel était le slogan de la Semaine Européenne de la Vaccination (SEV) qui s’est achevé le 22 mai dernier.

A cette occasion, Santé publique France rappelle que « la crise sanitaire exceptionnelle liée à l’épidémie de Covid-19, ne doit pas faire oublier l’importance des autres vaccinations pour préserver la santé de tous. La vaccination représente un enjeu majeur de santé publique et demeure le moyen de prévention le plus efficace pour se protéger contre certaines infections graves. »

IMAXIO répond aux questions médicales des professionnels de santé confrontés au retard vaccinal des travailleurs exposés à la leptospirose, grave infection bactérienne transmise par l’urine des rongeurs ou par leur environnement contaminé.

Envoyez dès à présent vos demandes d’informations médicales à contact@imaxio.com

« Prévenir est notre métier. Protéger est notre devoir », IMAXIO

Suivez IMAXIO et partagez nos actualités : www.imaxio.fr

Covid-19 : les médecins du travail sont autorisés à vacciner les salariés

Depuis le 25 février 2021, la direction générale du travail (DGT) a informé les médecins du travail du lancement de la campagne au moyen du vaccin d’AstraZeneca pour une première catégorie de personnel : les salariés de 50 à 64 ans « atteints de comorbidité » (hypertension compliquée, diabète non équilibré, obésité, cancers sous traitement, etc.).

La vaccination s’organise sur la base du volontariat et dans le strict respect de la confidentialité « vis-à-vis des employeurs », indique la DGT. Les entreprises doivent informer l’ensemble des salariés de la possibilité de se faire vacciner, y compris ceux qui sont en chômage partiel ou en télétravail, mais aucune « convocation individuelle » ne peut être « transmise sous couvert du chef d’entreprise ».

Pour plus d’informations :

https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A14706

« Prévenir est notre métier. Protéger est notre devoir », IMAXIO

Suivez IMAXIO et partagez nos actualités : www.imaxio.fr

La vaccination en milieu professionnel : un enjeu sanitaire

Sous la responsabilité du médecin du travail et en collaboration avec l’employeur, la vaccination professionnelle fait partie d’une démarche globale de prévention des risques infectieux et biologiques. Elle permet de protéger les personnes exposées à des agents pathogènes mais elle a aussi un intérêt collectif car elle contribue à la diminution de la propagation des microbes et des virus.

La bactérie Leptospira interrogans à l’origine de la leptospirose, maladie professionnelle transmise par l’urine des rongeurs, est un agent pathogène de type 2 qui nécessite une surveillance médicale renforcée des professionnels exposés. Le recours à la vaccination est recommandé, au cas par cas par le médecin du travail, aux professionnels fortement exposés.

Découvrez les principales vaccinations professionnelles dont celle contre la leptospirose sur http://bit.ly/OfficielPrevention

« Prévenir est notre métier. Protéger est notre devoir », IMAXIO

Suivez IMAXIO et partagez nos actualités : www.imaxio.fr

Malgré le reconfinement, IMAXIO continue ses actions de prévention contre la leptospirose

Pour répondre aux contraintes sanitaires liées à la deuxième vague de la COVID 19, les équipes d’IMAXIO se mobilisent sur le terrain et en télétravail pour poursuivre la sensibilisation des professionnels exposés à la leptospirose dans le strict respect des consignes de sécurité :

  • Nos Chargés de Prévention poursuivent leur mission d’information pour répondre à toutes vos questions sur la leptospirose, les activités à risques et les moyens de prévention dont la vaccination, recommandée dans des situations particulières : Contactez nos Chargés de Prévention pour réserver votre réunion d’information
  • Pour toutes vos questions médicales ou spécifiques à la vaccination contre la leptospirose, nos Pharmaciens sont à votre disposition : Contactez-nous
  • Accédez à nos ressources sur la leptospirose et aux réponses aux questions les plus fréquentes : ici

« Prévenir est notre métier. Protéger est notre devoir », IMAXIO

Suivez IMAXIO et partagez nos actualités : www.imaxio.fr

IMAXIO se mobilise et vous accompagne dans la reprise d’activité

Suite à la publication de l’avis du 4/06/2020, la Haute Autorité de Santé appelle dès à présent à une reprise de l’ensemble des activités de vaccination dans le contexte de la levée progressive des mesures de confinement. Elle invite les professionnels de santé à vérifier systématiquement le statut vaccinal de l’ensemble de leurs patients, afin de saisir toute opportunité d’effectuer un rattrapage vaccinal.

IMAXIO se mobilise pour vous accompagner dans vos démarches préventives. Toutes vos questions relatives à la leptospirose, à l’utilisation du vaccin contre la leptospirose et au rattrapage vaccinal sont examinées et traitées, au cas par cas, par nos pharmaciens afin de vous proposer une démarche personnalisée.

Informer, sensibiliser et protéger est au cœur de notre métier. Plus que jamais, il est important de continuer à protéger les personnes exposées à la leptospirose et à assurer leur santé.

Nous sommes à vos côtés, contactez-nous !

« Prévenir est notre métier. Protéger est notre devoir », IMAXIO

Suivez IMAXIO et partagez nos actualités : www.imaxio.fr

L’édition 2020 du Calendrier Vaccinal est disponible !

Le nouveau Calendrier Vaccinal 2020 est désormais disponible sur le site du Ministère de la Santé. Ce document de référence fixe les vaccinations applicables aux personnes résidant en France. Il émet des recommandations vaccinales «générales» et des recommandations vaccinales «particulières» propres à des conditions spéciales ou à des expositions professionnelles. Les recommandations sur la conduite à tenir en termes de rattrapage vaccinal dont le statut vaccinal est incomplet, inconnu ou incomplètement connu sont une des nouveautés de cette édition 2020. Ce calendrier ne prend pas en compte la nouvelle situation épidémiologique du COVID-19 pour laquelle un avis spécifique a été publié le 1er avril sur le site de la Haute Autorité de Santé.

« Prévenir est notre métier. Protéger est notre devoir », IMAXIO

Suivez IMAXIO et Partagez nos actualités : www.imaxio.fr

Regards sur la Leptospirose n°8

Maître Michel Ledoux,

Avocat à la Cour d’appel de Paris
et spécialiste en santé physique
et mentale au travail.

Maladies professionnelles : quels risques pour l’employeur ?

Le Code du travail impose à l’employeur de prendre toutes les mesures de prévention visant à supprimer ou à réduire les risques résultant de l’exposition aux agents biologiques. Que se passe-t-il s’il ne respecte pas cette obligation ? Dans le cadre d’une exposition à la leptospirose, plusieurs cas ont déjà été portés devant les tribunaux, avec des indemnités versées allant jusqu’à 23 000 euros. Les plaignants n’avaient pas nécessairement contracté la maladie.

“La réparation coûte
désormais plus cher que
la prévention.”

En 2009, un salarié d’une entreprise d’assainissement à Brest reproche à son employeur de ne pas lui avoir procuré les moyens de protection préconisés par le médecin du travail. Celui-ci avait notamment recommandé la vaccination contre la leptospirose. Le salarié ayant démissionné du fait de cette situation, l’entreprise est condamnée à lui verser 20 000 euros de dommages et intérêts, le manquement à l’obligation de sécurité étant jugé suffisamment grave pour imputer la rupture du contrat de travail à l’employeur.

Afin de mieux cerner la responsabilité de l’employeur en matière de maladies professionnelles, nous avons interrogé Maître Michel Ledoux, Avocat à la Cour d’appel de Paris et spécialiste en santé au travail.

Maître Ledoux, la thématique de la santé au travail est désormais au coeur de la vie professionnelle. Pourquoi ?

Depuis 2002, l’employeur est tenu à l’égard de son salarié à une obligation de sécurité de résultat, ce qui signifie que l’employeur est contraint de faire en sorte que son salarié ne soit ni malade, ni accidenté en raison de son travail. Si tel n’est pas le cas, l’employeur peut être contraint de payer d’importants dommages et intérêts.

Quels sont les principes généraux de prévention ?

En vertu des Principes généraux de prévention, figurant dans la 4ème partie du Code du travail, avant le début du travail d’un salarié, l’employeur doit identifier les risques auxquels celui-ci va être confronté. Il doit supprimer les risques quand c’est possible, ou les limiter quand ils ne peuvent pas être supprimés. Enfin, en face des risques résiduels, il doit mettre en place des mesures de sécurité adaptées, afin de rendre l’accident le moins vraisemblable possible et le moins grave possible si malheureusement il survenait. Cette évaluation doit être tracée dans le document unique d’évaluation des risques.

En cas d’atteinte à la santé d’un salarié, quels sont aujourd’hui les risques encourus par l’employeur ?

Il faut distinguer entre deux grandes familles de responsabilités :

La responsabilité civile, qui conduit à verser des dommages et intérêts à une victime d’accident du travail ou de maladie professionnelle.

La responsabilité pénale, qui permet de sanctionner une entreprise ou un dirigeant qui n’aurait pas respecté les dispositions du Code du travail ou du Code pénal.

En matière de responsabilité civile, les employeurs financent le risque accidents du travail et maladies professionnelles (AT/MP) par le paiement de leurs charges sociales à l’URSSAF. Or, schématiquement, la cotisation d’une entreprise est fonction du nombre et de la gravité des AT/MP qui surviennent en son sein. Moins l’entreprise fait de prévention, plus il y a d’atteintes à la santé de ses salariés, plus les arrêts de travail sont longs et les frais médicaux élevés, plus les rentes sont importantes, et plus les charges sociales augmentent.

De surcroît, lorsqu’une atteinte à la santé est due à une négligence de l’employeur, à un manquement aux règles d’hygiène et de sécurité, la victime peut invoquer la « faute inexcusable » de l’employeur. Si cette faute est reconnue, elle recevra des dommages et intérêts complémentaires à la charge finale de l’employeur. Aujourd’hui, la victime n’a plus besoin de démontrer une faute d’une extrême gravité. Il lui suffit de prouver que l’employeur a eu conscience du danger et qu’il n’a pas pris les mesures destinées à le préserver. Quant à la responsabilité pénale, elle peut concerner l’entreprise en tant que personne morale tout comme ses dirigeants. Ceux-ci peuvent être renvoyés devant le Tribunal Correctionnel. Par exemple en cas d’homicide involontaire avec manquement délibéré, l’employeur risque aujourd’hui jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 75.000 € d’amende.

Quant aux infractions à la 4ème partie du Code du travail, l’entreprise ou ses dirigeants risquent, à partir du 1er juillet prochain, jusqu’à 10.000 € d’amende par salarié en infraction.

Est-il déjà arrivé qu’un médecin du travail soit mis en examen ?

Au titre du Code du travail, c’est l’employeur ou son délégataire qui par principe est le seul responsable. En revanche, le Code pénal prévoit une responsabilité cumulative. Ainsi, tous ceux qui commettent une négligence en lien avec une atteinte à la santé peuvent, le cas échéant, engager leur responsabilité pénale.

Dans l’affaire de l’amiante, deux médecins du travail ont été mis en examen pour homicide involontaire et non-assistance à personne en péril.

Pour plus d’information :
www.leptospirose-prevention.fr
ou leptospirose@imaxio.com

Cas pratique : leptospirose et vaccination

Sauf dans quelques cas précisés par le Code de la santé publique, la vaccination est par principe facultative. Toutefois, le Conseil supérieur d’hygiène publique suggère aux médecins du travail de proposer la vaccination dans un certain nombre de situations, en accord avec les Principes généraux de prévention. Le rôle du médecin du travail est de conseiller l’employeur et ses salariés dans le but de respecter ces principes et de garantir la santé des salariés.

Si la vaccination n’est pas proposée à un salarié manifestement exposé à un risque de pathologie professionnelle, cela pourrait être considéré, si les conséquences sont graves, comme une négligence fautive. La responsabilité pénale de l’employeur pourrait alors être engagée, au titre des délits d’homicide ou de blessure involontaire.

Imaginons un salarié qui développe une leptospirose en lien avec son activité… différentes situations peuvent se présenter :

Situation 1 : on a proposé la vaccination au salarié, qui l’a refusée. Il pourra difficilement démontrer une faute inexcusable de son employeur si celui-ci justifie qu’il a pris les mesures de protection et de prévention qui s’imposaient. Sa maladie sera bien reconnue comme étant professionnelle. Et en cas de décès du salarié ou incapacité permanente supérieure à 40%, l’entreprise pourra retrouver sur son compte employeur 480.000€, ce qui conduira à une augmentation importante de ses cotisations AT/MP.

Situation 2 : Le médecin du travail a suggéré la vaccination, mais l’employeur l’a explicitement refusée. Le salarié pourra invoquer la faute inexcusable de son employeur et celui-ci devra payer des dommages et intérêts. Dans cette hypothèse, l’employeur court également le risque d’être poursuivi au titre du Code pénal (homicide et blessure involontaire). Par exemple en cas de blessure involontaire, l’employeur risque jusqu’à trois ans de prison et 45.000 € d’amende. En cas de décès du salarié, il encourt jusqu’à cinq ans de prison et 75.000 € d’amende.

Situation 3 : Le médecin du travail n’a pas recommandé la vaccination à l’employeur et ne l’a pas proposée au salarié. Le salarié pourra engager une procédure à l’égard de l’employeur qui est responsable au regard des dispositions du Code du travail. Toutefois, cette procédure pourrait être doublée d’un contentieux entre l’employeur et le médecin du travail qui n’a pas rempli son devoir de conseil. On pourrait même imaginer que la responsabilité pénale du médecin du travail soit recherchée en raison de sa négligence.